Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

The Flemish shows his flamboyance

The luster of Flamish greatness snatches us. A carpet of golden mosaics is rolled out beneath our eyes. The poster establishes the program. Splendour is under request. Instantly, the striking contrast between black and light surrounds our silhouettes. Here were are, ready to walk down the decades of creativity that make up Monsieur Van Noten’s collections œuvre.

 This foretaste recalls his more remarkable fashion shows that sometimes move with the pace of a plurietnical safari and mix dandyism (with a certain flexibility in the attire) and weather conditions or imperatives of the sphere it is dedicated to. Even sometimes, they evoke royal courts inside the parameters of a perennial Protocol : ladies proudly wear fineries of a discrete distinction ; Gentlemen adorn shapes revisited, daring - nevertheless measured - colours as well as embroidered or printed patterns of all sizes and diverse trends.

 The whole imagery and symbolism of DVN welcomes us at the first level of the Musee des Arts Decoratifs that exhibits designers. We are greeted with some sort of immense introduction  filled with his ? history and clips of stories – our spirits are stimulated and our imagination is prepared to be amazed by what awaits for us one floor up.

Rather than chosing the obvious chronological layout, the general Commissioner instead raised the level by choosing to frame the work in tandem with what inspired him; what was happening at the time he was creating; and furthermore, that this was essential to fully understand this artist’s work of art. The 400 pieces exhibited guide the visitors on their initial journey.

 Amongst many politicized paintings - such as portraits of Gabriel Fauré by John Singer Sargent, of Marcel Proust or Montesquieu by Jacques Emile Blanche or more recently, DVN’s adoration for Elisabeth Peyton allows us to joyfully admire Silver Bosie or Jonathan Horowitz’s portrait brilliantly entitled Democrats are more beautiful - one just can’t help but recall the supreme adoration for the sartorial sophistication of a man.

 Wardrobes from various masters in the field, clips of films featuring dreamy costumes, pieces from the seven arts united, all reveal the power of DVN’s dialectic. A singularly rich and complex mind.

Another retrospective perception – in the twists and turns of DVN’s inspiration

 Not a retrospective persay, for DVN is far too young to attempt to bury his inimitable stroke to that of a pen – this exhibition is unique in his genre because it allows us to participate to the creéative process of the designer. The whole permits us to seize with a close grasp the threads that underline the artist’s profession of faith and endless devotion to a vocation.

 Born in the middle of needles, scissors and measuring instruments, the little tailor was raised in the family tradition to aspire to a path of excellence. If the idea behind raising children is that they should be greater than their fathers and mothers, the Van Noten dynasty is remarkable. DVN shines as a prodigy. 

 His first collection with the Club d’Anvers in 1986 is just about as old as I am. No more than 5 years later, Dries gained the distinctive access to the male parisian catwalks and then in 1993 he arrived on the fiercely competitive runway of women’s fashion. However, he still revealed himself as a child with a spirit as rigourous as the cuts of his creations – shapes distinct from every else – but as naive as the universe he cherishes. From the quirky derision of Nick Cave’s Bunny Boy, to the sparkling look of the amazing Iris Barrel Apfel passing through the magic performance of Fred Astaire in Top Hat, the exhibition almost sows us wings.

 Worthy of note, Dries Van Noten is also the costumer designer for one of ballets greatest ladies in the contemporary choreography scene since Pina’s departure: Anna Teresa de Keersmaeker. Thus, when magic is applied to one or another art, DVN uses his style with modesty but astonishing genius.

 Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

 Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

 Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

DVN, the DNA of the aesthetically human worldwide fashion

 This exhibition speaks to the reality of an artist – Dries is discrete, a show-off, but never too much – and always responds to the right realms. Whose buyers portfolio carresses the summits of universal elegance. 

 The references from his peers are numerous. The visitor could never forget a day coat from Elsa Schiaparelli’s 1939-1940 fall-winter collection (wool serge, leather and gold metal buttons), the Marrakech night gown by Paul Poiret (embroidered silver coloured satin finish laminate  and velvet), or a Balenciaga night gown from the 1959 summer-spring collection (silk, chenille and ribbons embroidered taffetas). Last but not least, the pinacle of good taste, the « Bar, » womens suit from Christian Dior in 1947, made of black and cream silk taffetas.

The portrait of a sculptor from Bronzino or the mixology private workshop from Cecil Beaton’s gouache painting reveals how much he cherishes the other artistic mediums, from past to contemporary.

 Paintings from Francis Bacon, Gerhard Richter or a photograph by José Ortiz Echagüe dated 1916 serve as reminders of the art impregnated collections from a time when Yves Saint-Laurent was shining. Thus it is tough to avoid a logical artistic association between the geometric prints of several DVN pieces and Vasarely’s Taurus-R or a day dress made of black and cream pleated organdy by Balenciaga 1952-1953 when standing in front of them.

 The exhibition dedicated to Dries Van Noten by the Museum of Decorative Arts in Paris is, above all, a call to travel through the Arts. But it also demonstrates how much DVN is a kind of elegant clown, capable of self-derision, even in the more sophisticated of his creations. DVN is establishing himself as the DNA of good taste flowing in the veins of the contemporary fashion aestetes. Above the boundaries, cultures and local pecularities.

 As of the age-old problem of deciding whether or not fashion is an art, undoubtedly DVN is himself an immeasurable artist.


Texts by Charlotte Robert  | S/TUDIO
English translation : Charlotte Robert & Maria Mocerino

Photography by Luc Boegly

Dries Van Noten, Inspirations - from march 1st to nov. 2nd, musée des Arts Décoratifs


 Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Le Flamand s’expose, flamboyant

 Les lustres de la grandeur flamande viennent nous happer. Un tapis de mosaïques d’or se déroule sous nos yeux ébahis. L’affiche fixe le programme. Le faste est de rigueur. Instantanément, le frappant contraste du noir et de la lumière nous enveloppe. Nous voilà parés pour arpenter les décennies de créativité de l’œuvre de Monsieur Van Noten.

 L’avant-goût n’est pas sans rappeler les plus remarquables de ses défilés. Ceux-ci se déclinaient tantôt en safaris pluriethniques mêlant dandysme et adaptabilité du vestiaire aux conditions climatiques ou impératifs du milieu. Tantôt en d’autres cours royales sous les augures de protocoles bien vivaces. Les dames arborant des parures d’une distinction discrète, les messieurs se parant de coupes revisitées, de colorations osées mais toujours mesurées - ainsi que de motifs brodés ou imprimés de toutes tailles et diverses tendances.

 Toute l’imagerie et la symbolique de DVN nous reçoivent au premier étage de la galerie d’exposition des designers du musée des Arts Décoratifs. Comme une introduction, une sorte d’immense préface chargée d’Histoire et de brèves anicroches – pour mieux stimuler notre esprit et préparer nos imaginaires à l’émerveillement qui nous attendra - pas plus loin qu’à l’étage supérieur.

 Plutôt que de faire le choix évident de l’exposition chronologique, le commissariat général se sera infligé bien du fil à retorde en dissertant autour des nombreuses inspirations essentielles à la compréhension intégrale de son œuvre. Et ce sont plus de 400 pièces, diverses natures et créateurs de toutes époques, qui ponctuent le parcours formateur proposé au visiteur.

 Des nombreuses œuvres à caractère politisé – tels que des portraits de Gabriel Fauré par John Singer Sargent, de Marcel Proust ou Montesquieu par Jacques Emile Blanche ou plus récemment, Silver Bosie ou le portait de Jonathan Horowitz savamment intitulé Democrats are more beautiful  attestant d’une adoration manifeste de DVN pour le trait et la palette d’Elisabeth Peyton – il ne conviendra de ne retenir que la suprême adoration du sartorial et de l’élégance au masculin.

 Vestiaires apposés de multiples maitres de la discipline, extraits de films rappelant des costumes sémillants et seyants, œuvres des sept arts confondus – tous au service de la dialectique DVN. Une dialectique complexe et d’une singulière richesse.

 De la perception de la rétrospective – dans les méandre de l’inspiration DVN

 Pas une rétrospective en soi, DVN est bien trop jeune pour qu’une telle démarche ne vienne enterrer son inimitable coup de crayon – cette exposition est unique en son genre en ce qu’elle nous permet de participer au processus créatif du designer. L’assemblage permet de saisir au plus près les fils qui guident la profession de foi de l’artiste et une infinie dévotion à sa vocation.

 Né au milieu des aiguilles, ciseaux et mètres mesureurs, le petit tailleur a fait évoluer la tradition familiale jusqu’à parvenir à l’excellence. Là où l'on fait des enfants pour qu'ils nous dépassent et deviennent des êtres meilleurs que nous-mêmes, la dynastie Van Noten s'illustre. Et DVN brille en prodige.

 Sa première collection auprès du Club d'Anvers en 1986 a mon âge, tout bonnement. A peine 5 ans plus tard Dries s’offre la distinction d'accéder aux podiums parigo-masculins avant d'entrer dans la course effrénée des catwalks féminins en 1993. Et pourtant, il n’en finit pas de s’imposer dans l’esprit général comme un enfant à l’esprit aussi rigoureux que la coupe de ses créations – structures qui se démarquent entre toutes – mais aussi naïf que les univers qu’il chérit. De la dérision décalée du Bunny Boy de Nick Cave au regard pétillant de l’incroyable Iris Barrel Apfen en passant par la magie de la performance de Fred Astaire dans Top Hat, l’exposition nous donne parfois des ailes.

 Rappelons que Dries Van Noten est également le costumier de la plupart des ballets de l’une des plus grandes dames sur la scène de la chorégraphie contemporaine depuis la disparition de Pina : Anna Teresa de Keersmaeker. Ainsi, là où la magie s’opère dans l’un quelconque des arts, DVN appose sa patte en toute modestie mais avec un génie consternant.

 Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

Les Arts Décoratifs, Musée de la Mode, Dries Van Noten, Inspirations, © Luc Boegly, 2014

DVN, l’ADN esthético-humaniste de la mode internationale

 Cette exposition nous conte la réalité d'un artiste – Dries le discret, jamais show-off, jamais too much – qui flirte parfois dangereusement avec les limites du goût commun, mais dont la mesure chirurgicale assure invariablement le succès de la greffe. Ainsi Monsieur Van Noten se meut avec calme et volupté au cœur des plus hautes sphères, et son portefeuille d’acheteurs frôle les cimes de l’élégance universelle.

 Les références à l’œuvre passée de ses pairs se succèdent – et l’on n’oubliera plus jamais le manteau de jour automne-hiver 1939-1940 (sergé de laine, boutons en cuir et métal doré) ciglé Elsa Schiaparelli, la robe du soir Marrakech de Paul Poiret (satin brodé de lame argent, chinchilla et velours), ou encore la robe de soir Balenciaga printemps-été 1959 (taffetas brodé de soie, de chenille et de rubans). Hommage est également rendu à une tenue qui représente certainement la quintessence du bon goût dans l’histoire de la mode : le tailleur « Bar » en taffetas de soie noir et crème de la Maison Christian Dior (1947).

 Le portrait d’un sculpteur de Bronzino ou encore l’atelier mixologique illustré par la gouache de Cecil Beaton nous révèlent à quel point DVN chérit les autres corps de métier, des plus ancestraux aux plus contemporains.

 Francis Bacon, Gerhard Richter ou une photographie de José Ortiz Echagüe datée de 1916 sont autant de rappels des collections imprégnées d’art pensées par « le » Monsieur Yves (Saint-Laurent) de la grande époque. Il devient impossible de se détourner des canaux de la logique artistique quand les imprimés géométriques de plusieurs styles DVN résonnent face au Taurus-R de Vasarely ou à une robe de jour de la collection Balenciaga 52-53, d'organdi plissé noir et crème.

 L’exposition consacrée à Dries Van Noten aux Arts Décoratifs est donc avant tout un appel au voyage à travers les arts. Mais elle nous rappelle également à quel point DVN est un clown élégant, qui fait preuve d’auto-dérision jusque dans ses créations les plus distinguées. DVN s’impose comme l’ADN du bon goût coulant dans les veines des esthètes de la mode contemporaine. Par-delà les frontières, cultures et particularités régionales.

 Quant à la sempiternelle question de savoir si la mode est bien un art, nul doute n'en fait en tout cas, que DVN est lui-même un artiste incommensurable.


Textes : Charlotte Robert  | S/TUDIO
Traduction : Charlotte Robert & Maria Mocerino

Photographies : Luc Boegly

Dries Van Noten, Inspirations - du 1er mars au 2 novembre 2014, musée des Arts Décoratifs